lib.mainmenu_1

 
 

Le Protocole de Montréal

Problématique

Jusqu'à environ une décennie plus tôt, le manque de connaissances sur la chimie atmosphérique et les processus a conduit à une réduction considérable des couches de l’ozone stratosphérique. Les produits synthétiques chimiques, notamment les composés de chlore et de brome tels que les Chlorofluorocarbures (CFC), les halons  et une large série de produits chimiques industriels affectent la couche d’ozone et sont reconnus comme les Substances de Réduction de la couche d’Ozone.

Une couche d’ozone compromise et la conséquence de l’augmentation de la radiation des rayons ultra-violets (UV) sur la surface de la terre ont de sérieuses conséquences. En accélérant le processus du changement climatique, ils perturbent les chaines alimentaires et ainsi ils ont un effet sur l’agriculture, les pêcheries et la diversité biologique. La surexposition des Hommes aux rayons (UV) peut avoir des effets sur la santé et l’environnement, incluant : dommages sur la peau (cancers de la peau et naissance prématurée), sur les yeux (cataractes), et réduction du système immunitaire.

Objectif

A cause des risques courus par la réduction de la couche d’ozone, les chefs d’Etat de plusieurs pays ont décidé de trouver une solution optimale. Depuis 1987, 191 nations, presque tous les pays du monde ont ratifié l’Accord sur l’Environnement, le Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. L’objectif central du Protocole  est de réduire et éventuellement éliminer la production et l’utilisation des Substances synthétiques de réduction de l’ozone. En approuvant les termes du Protocole de Montréal (PM), les pays signataires ont pris l’engagement de conduire des actions pour protéger la couche d’ozone, espérant  annuler à long terme les dégâts causés par l’utilisation des substances réduisant l’ozone.

Activités

Depuis 1992, lorsque l’ONUDI est devenue la quatrième agence exécutive du PM, l’organisation a réalisé plus de 600 projets d’investissement et a mis en exécution plus de 500 activités de non-placement. Ainsi, un montant considérable de consommation totale mondiale des Substances de Réduction  de l’Ozone a été relevé grâce a l’intervention de l’ONUDI.

L’ONUDI continue à mettre en œuvre ses activités relatives au PM en se focalisant tout de même sur la promotion des technologies innovantes pour ces entreprises, via des programmes de formation. Ces programmes sont un composant intégrant de tous les projets de l’ONUDI.

De surcroit, l’ONUDI  tient aussi un rôle important dans le Forum Mondial, étant donné qu’elle est très active dans plusieurs rencontres pour évaluer les progrès des activités du Protocole de Montréal. La plupart des conférences auxquelles participe l’ONUDI, sont des rassemblements des organes directeurs du Protocole et sont les occasions les plus importantes, pour les consultations avec les membres du gouvernement, les membres du Comite Exécutif (ComEx) et le Secrétariat du Protocole et les Agences exécutives du Fond Multilatéral.