Troisième Décennie du développement industriel de l’Afrique: Des partenariats renforcés et novateurs sont essentiels pour le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)

Troisième Décennie du développement industriel de l’Afrique:  Des partenariats renforcés et novateurs sont essentiels pour le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA)

NEW YORK, 26 septembre 2018 - Représentants de haut niveau de gouvernements, d’institutions de financement du développement et d’agences des Nations Unies, ainsi que des représentants du secteur privé, d’organisations non gouvernementales et du milieu universitaire se sont rencontrés aujourd’hui au Siège des Nations Unies pour discuter de la manière dont un développement inclusif et durable pourrait favoriser une mise en œuvre réussie de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

L'événement était organisé conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), la Commission de l’Union africaine (CUA), la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Au cours des prochaines décennies, l’Afrique est en passe de devenir le continent le plus jeune et le plus peuplé du monde, avec une population en âge de travailler qui devrait croître d’environ 70% pour atteindre les 450 millions d’ici 2035. La création d’emplois en Afrique ne suit pas la croissance de la main-d’œuvre et une grande partie de la population rurale, les pauvres en milieu urbain, les femmes et les jeunes n’ont pas bénéficié de la croissance économique. Le chômage et l’inégalité restent beaucoup trop élevés.

Les décideurs s’accordent maintenant sur la nécessité de procéder à une transformation structurelle systématique des économies du continent pour passer des économies basées sur les ressources à des économies plus diversifiées, en particulier en augmentant sensiblement les parts de l’industrie manufacturière et agricole en investissement national, en rendement et en commerce.

La ZLECA, inaugurée par la CUA en mars 2018 à Kigali, possède un énorme potentiel pour catalyser cette transformation structurelle, car elle stimulera l’industrialisation, la diversification économique et l’emploi en Afrique. Elle créera un marché de 1,2 milliards de consommateurs sur le continent et un PIB africain de 2,5 milliards de dollars, et elle devrait fournir d’excellentes opportunités commerciales pour les entreprises, les commerces et les consommateurs.

Dans ses remarques liminaires, Amina J. Mohammed, Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, s’est félicitée de la création de la ZLECA, et a souligné que « l’industrialisation durable est la clef du succès de la Zone de libre-échange, avec une attention particulière portée au développement inclusif qui mobilise l’énergie, la détermination, la créativité et les compétences des femmes et des jeunes. »

S’adressant aux participants, LI Yong, Directeur général de l’ONUDI, qui conduit la mise en œuvre de la troisième Décennie du développement industriel de l’Afrique (DDIA3), a déclaré que si les bénéfices de la ZLECA doivent être pleinement réalisés, il faut qu’elle soit axée sur l’industrialisation. Il a prédit que « la mise en œuvre réussie de la ZLECA conduira à une augmentation de la demande en  produits manufacturés par les petites et moyennes entreprises ».

Le Commissaire de l’Union africaine chargé du commerce et de l’industrie,  Albert M. Muchanga, a souligné que « la Zone de libre-échange continentale africaine et la DDIA3 sont complémentaires et leur alignement offrira des perspectives gagnant-gagnant à  l’Afrique et à la communauté internationale. »

Tous les intervenants ont convenu que pour une mise en œuvre réussie de la ZLECA l’ensemble des parties prenantes nationales et internationales devraient nécessairement déployer des efforts accrus et concertés, en particulier à travers des partenariats mondiaux au niveau multilatéral.

Pierre Guislain, Vice-Président de la Banque africaine de développement, a dit que « le secteur privé a un grand rôle à jouer dans la promotion de l’industrialisation et de l’intégration de l’Afrique. » Il a ajouté que « renforcer les investissements intra-africains est aussi important que renforcer le commerce intra-africain » et en a appelé aux gouvernements  « d’accélérer l’adoption et la mise en œuvre de la ZLECA et de créer des marchés régionaux véritablement intégrés à l’échelle requise pour favoriser les grands investissements privés. »

Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique, a déclaré « si l’objectif de la ZLECA est de catalyser l’industrialisation de l’Afrique grâce à des marchés intégrés, il est essentiel de combler les écarts d’infrastructure et de numériser les économies sur le continent ! »

Notant que la ZLECA et les stratégies d’industrialisation devront exploiter tout le potentiel agribusiness du continent, José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, a affirmé que « le développement agro-industriel qui relie les familles d’agriculteurs, les bergers et les pêcheurs à des marchés profitables peut créer des opportunités pour les jeunes, stimuler la mise en place de pratiques plus vertes dans le système alimentaire et livrer des aliments plus sains et plus salubres aux consommateurs.

Durant l’événement, plusieurs chefs d’État ont confirmé leur accord de devenir des champions de la DDIA3 afin de promouvoir activement le rôle du développement industriel actif et durable dans le cadre de la DDIA3 et de sensibiliser le public davantage  à cette importante initiative tant au niveau national que régional et mondial, à savoir Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Uhuru Kenyatta, Président de la République du Kenya; Son Excellence Madame Marie-Louise Coleiro Preca, Présidente de la République de Malte; Son Excellence Monsieur Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger; Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal; Son Excellence Monsieur Matamela Cyril Ramaphosa, Président de la République sud-africaine; et Son Excellence Monsieur Edgar Chagwa Lungu, Président de la République de Zambie.

L’événement s’est terminé avec la reconnaissance que la mise en œuvre réussie de la ZLECA nécessitera des efforts accrus et concertés afin de répondre à un certain nombre de questions critiques liées au développement industriel, et s’est conclu par un appel à former des partenariats stratégiques avec des institutions financières et le secteur privé en vue de mobiliser des ressources supplémentaires pour l’infrastructure, l’industrie et l’innovation, ainsi que le développement des connaissances, des compétences et de la technologie.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter :

Charles Arthur, Chargé de communication, ONUDI

E-mail

English version available