lib.mainmenu_1

 
 

Rapport sur le développement industriel 2011

L’efficience énergétique industrielle pour une création durable de richesses: Récolter les dividendes environnementaux, économiques et sociaux.

En tant que partie intégrante de ses fonctions de forum mondial, l’ONUDI contribue au débat intellectuel lié au développement industriel afin de fournir des conseils judicieux et de l’assistance à ses partenaires. En conséquence, l’ONUDI a lancé son rapport annuel sur le développement industriel intitulé l’efficience énergétique industrielle pour une création durable de richesses: récolter les dividendes environnementaux, économiques et sociaux.

Messages clés:

  • L’amélioration de l’efficience énergétique industrielle est la clé du développement industriel durable à travers le monde, en particulier dans les pays en développement. L’investissement dans des technologies, systèmes et processus économes en énergie peut s’accompagner de gains environnementaux, économiques et sociaux utilisables en faveur d’une croissance verte.
  • Au cours des dernières décennies, l’efficience énergétique industrielle s’est améliorée tandis que l’intensité énergétique industrielle a chuté (de 1,7 % par an en moyenne), même si la consommation énergétique a augmenté de 35 % en valeur absolue entre 1990 et 2008. La consommation énergétique pourrait croître encore plus rapidement à mesure que les pays en développement comblent leur écart de revenu avec les pays développés et cherchent à satisfaire la demande croissante de produits manufacturés de leur population en pleine expansion.

  • Dans les pays tant développés qu’en développement, l’investissement dans l’efficience énergétique industrielle présente un intérêt financier évident. Le potentiel d’investissement supplémentaire demeure néanmoins élevé. Pourquoi ces possibilités d’investissement ne se matérialisent-elles donc pas ? Parce que les pays sont confrontés à de nombreux obstacles à l’investissement, dus à des déficiences tant du marché que comportementales.

  • Des interventions en matière de politiques publiques seront nécessaires pour surmonter ces obstacles, en prenant appui sur des instruments fondés sur les réglementations, les marchés, le savoir et l’information. Un consensus mondial pourrait être recherché pour soutenir ces interventions à travers une action collective internationale, afin de réduire l’intensité énergétique de 3,4 % par an ou de 46 % au total, d’ici 2030.

Pour de plus amples renseignements, s’il vous plaît contacter Ludovico Alcorta